Madagascar

Population & Culture

Histoire

Riche d’histoire, Madagascar est aujourd’hui une mosaïque des royaumes qui furent l’origine de ce qu’est devenu le pays. Le peuplement de la Grande Île reste un mystère entier : le manque de vestiges du passé empêche les archéologues de faire remonter l’histoire de cette nation plus loin que le 5e siècle apr. J.-C. Ce n’est cependant pas avant le 11e siècle que Madagascar connaitra son apogée. En effet, cette époque sera le point culminant de l’immigration bantoue et indonésienne, surtout causée par le développement en matière de navigation et par l’expansion du commerce. Ce mélange des cultures et des ethnies aura comme résultat l’émergence de plusieurs identités régionales et donc, de plusieurs royaumes dont trois principaux : à l’ouest, les Sakalava, à l’est, les Bitsimisaraka et finalement, au centre, les Merina.
Toutefois, au cours des siècles, guerres et alliances changeront constamment le climat politique sur l’île et finalement, au 19e siècle, tous s’uniront sous un seul et même royaume, celui de l’Imérina. Bien que la République de Madagascar fut proclamée en 1958, le pays garde encore et toujours un riche héritage de cette époque royaliste. Entre autres, l’établissement des rizières comme culture principale du pays ainsi que l’élevage de bovins, surtout le zébu, qui furent signe de prospérité et aidèrent à la division des territoires. Le vitana, zodiaque malgache, est encore omniprésent dans la culture du pays – de nombreux rituels sont encore célébrés par les ombiasy, ces devins-guérisseurs qui servent d’interprète lors de ces cérémonies.

Artisanat

La richesse naturelle de ce pays a rendu sa culture très propice à l’artisanat. Le bois est un des matériaux les plus prisés en raison de son exotisme. En effet, on retrouve dans les forêts de Madagascar cyprès, bois de rose, palissandre et le fameux nato, un bois rougeâtre si typique de la Grande île. On fabrique une vaste de gamme de produits à partir de ceux-ci, allant des jouets aux objets décoratifs, en passant par les articles de la vie de tous les jours.
La récupération, comme dans beaucoup de pays d’Afrique, est aussi un art très populaire. Vous pourrez trouver dans les marchés de nombreux jouets fabriqués à partir de vieilles boîtes de conserve remodelées et peintes à la main.
Madagascar est aussi un grand producteur de soie, très particulière à la région. Les filaments utilisés pour la confection des étoffes proviennent d’une araignée plutôt que des traditionnels vers. Le lamba est l’une des plus traditionnelles : tissu blanc ou écru, il couvre simplement les épaules des femmes du nord. On le brode aussi de rayures colorées et de dessins naïfs pour qu’il serve de nappe lors des fêtes ou encore de linceul.

Croyances

Malgré l'influence des autres religions et des cultures d'outre-mer, les Malgaches restent très attachés à leurs valeurs, leurs ancêtres, leurs coutumes et leurs terres.
Les Malgaches suivent un zodiaque spécifique et croient au destin, à l’influence des jours, des mois, de l’année ou du zodiaque sur un événement et aux pouvoirs surnaturels. Ils pratiquent l'astrologie, la divination et la guérison par l'intermédiaire de personnes dotées de connaissances ou de pouvoirs particuliers tels les mpanandro, mpisikidy et ombiasy, lesquels sont consultés pour connaître la volonté du Créateur, des ancêtres et des esprits à l'occasion de grands événements, ou encore pour remédier à certains maux.
La mort constitue le passage des vivants au rang d'ancêtres, médiateurs entre Zanahary et les hommes qui peuvent accorder faveurs et protection à leurs descendants. Ainsi, les morts sont « retournés » et renveloppés lors du famadihana, coutume pratiquée par la plupart des Malgaches, mais dont l'appellation et les rites accompagnant la cérémonie diffèrent selon les tribus. Lors de grandes occasions, les razana sont toujours invoqués selon des rites bien précis pour être consultés et donner leur bénédiction.
Le zébu tient une place primordiale dans la vie des Malgaches. Symbole de richesse, ce mammifère sert de victime expiatoire lors des rites de sacrifices traditionnels, et de nourriture pour la famille et les alliés pendant les cérémonies.

Danses et musique

La danse et la musique sont des formes d’expression faisant partie intégrante de la culture et des croyances malgaches. Porteurs de traditions et de coutumes, ces deux arts vont de pair avec la longue tradition orale de ce peuple. Les types de danses se comptent par dizaines à travers Madagascar. Bien qu’elles incarnent la richesse de la mémoire collective et des mœurs ancestrales, leur symbolisme s’est plus ou moins adapté au développement de la vie moderne : ainsi quelques-unes se sont simplifiées, mais plusieurs ont aussi disparu. Les occasions de célébrer et de mettre la danse à l’honneur ne manquent pas. Lors de ces événements, certaines danses sont réservées aux femmes, d’autres aux hommes, mais plusieurs rassemblent tout un chacun. Par exemple, lors de la pleine lune, c’est le temps d’invoquer les ancêtres – alors, les femmes se regrouperont pour participer au kahoitry alors que les hommes, eux, performeront le jabana. Dans un autre ordre d’idée, le salegy, originaire du Nord, est devenu extrêmement populaire et fait partie de toutes les fêtes des grandes villes (et tout le monde y participe!).
La musique accompagne inévitablement tout rituel malgache digne de ce nom. Toutefois, comme bien des aspects de cette culture, celle-ci fut fortement influencée par les autres peuples qui mirent pied au Madagascar, notamment à ce qui a trait aux instruments de musique. On retrouve parmi ceux-ci le hochet et l’arc musical, importé d’Afrique continentale, la flûte et le hautbois, amené par les Arabes il y a plus de mille ans, ou encore, l’accordéon, signe de l’héritage européen du pays. 

Cuisine

La culture du riz est extrêmement développée à Madagascar – en effet, celle-ci couvre 55 % des terres cultivées. Il est donc normal que ce grain soit à la base de l’alimentation et face partie intégrante de la gastronomie nationale. Consommé matin, midi et soir, le riz est mélangé à divers aliments et épices pour créer des saveurs exquises. Le Romazava est certainement le plat emblématique du pays. Ce mijoté de zébu et de gingembre est accompagné de tomates bien rouges, de brèves (une plante verte) et de riz, bien évidemment, ce qui en fait un plat aux couleurs du drapeau national. Outre ce mets, le pays regorge de fruits et de légumes frais et les régions côtières bénéficient d’une riche production de langoustines! Dans tous les cas, les plats ne sont que très peu épicés – on sert traditionnellement le piment (sakay) à côté, avec les lasàry, les légumes marinés.

Tout voir

Nos spécialistes

équipe uniktour
Contactez un de nos specialistes-pays
Cliquez ici!
équipe uniktour
Nos soirées à venir

5 bonnes raisons de choisir uniktour

555 boulevard René-Lévesque Ouest, Montréal, (QC), H2Z 1B1, Canada - Détenteur permis du Québec # 703 258 - 2020 Uniktour. Tous droits réservés. Montréal, Canada